Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2012

Le 13 janvier, tous à Paris mais... Attention, pas avec n'importe quels ahuris!

Communiqué de Civitas

 

Le 13 janvier n'appartient à personne

La rue appartient à tout le monde

 

A l'évidence, l'ampleur de la mobilisation contre le projet de loi dénaturant le mariage et la parenté grandit chaque jour et s'étend à toutes les strates de la société française. Il ne fait plus aucun doute qu'une véritable marée humaine se répandra dans les rues de Paris le 13 janvier prochain pour exiger une seule chose : le retrait immédiat de ce projet de loi. Cette mobilisation populaire, il faut le répéter, n'appartient à personne et ne doit en aucune façon être transformée en troupeau anonyme, encore moins être détournée de ses objectifs.

C'est avec inquiétude que nous avons vu un comité s'autoproclamer organisateur de cette contestation populaire pour immédiatement chercher à la brider, à la formater, à l'uniformiser, à l'aseptiser.

Trois personnes prétendent ainsi s'accaparer la direction de cette foule qui gronde : Xavier Bongibault, président de Plus Gay sans Mariage, Laurence Tcheng, présentée comme de gauche, et " Frigide Barjot " qui se revendique " déjantée".

Ce triumvirat peut bien être de bonne volonté mais quelle est donc sa légitimité pour vouloir diriger la manœuvre le 13 janvier prochain ?

Si on n'est ni gay, ni de gauche, ni déjanté, comment peut-on se reconnaître en ces trois meneurs de revue ?

Ce comité cherche manifestement à confisquer la mobilisation populaire à laquelle nous assistons au profit d'un discours ambigu (normalisation de l'homosexualité, obsession de demander aux catholiques de se "camoufler" en citoyens lambdas de la République, consignes vulgaires,...).

 

Une imposture

 

L'émotion est grande chez beaucoup de participants aux manifestations du 17 novembre ou du 8 décembre, qu'ils soient catholiques ou non, qui se sentent trompés après avoir observé des situations surprenantes.

Que Mme Barjot et ses acolytes demandent d'applaudir des duos homosexuels s'embrassant, cela laisse pantois.

Que Xavier Bongibault et ses comparses fassent une fixation sur la lutte contre l'homophobie, concept inventé par le lobby homosexuel pour intimider et disqualifier les opposants à ses revendications, c'est pour le moins troublant.

Que Mme Barjot se flatte devant tous les micros d'avoir participé à toutes les " gay pride " et que, lors des conférences de presse qu'elle organise, elle pousse le souci du détail jusqu'à régulièrement porter une veste marquée du logo du " Banana Café ", bar gay de Paris, cela souligne des connivences étranges.

La liste devient trop longue des errements que ce trio veut imposer à tous. Petit florilège des propos tenus ces jours-ci par Mme Barjot :

- ceux qui viennent manifester le 13 janvier " seront obligés de défiler contre l'homophobie " ;

- ceux qui arrivent avec leur chapelet, " ce sera gentiment : dehors ! "

- si des militantes de FEMEN se déshabillent, que les mères de famille en fassent autant " pour être en situation d'entamer un dialogue équitable "

- " La Manif pour Tous (…) rappelle qu'elle comprend les revendications d'homo-éducation (…) " (communiqué de F. Barjot du 13 décembre)

- " Le 13 janvier, il y aura un char des homos… et j'appellerai tout le monde à venir danser sur le char gay "

J'en arrête là tant c'est insupportable.

 

Non, les Français qui viendront manifester le 13 janvier ne veulent pas d'une " homo-éducation " dans les écoles de leurs enfants ! Non, ils ne veulent pas d'un " PACS+ " ! Non, ils ne viennent pas pour danser sur un char gay !Laisser passer ces erreurs graves, sous prétexte d'éviter les controverses, c'est permettre qu'elles se transforment en une gangrène qui corrompra tous les combats futurs.Savez-vous ce qu'est le scandale ? C'est d'induire le prochain en erreur par des paroles ambiguës, équivoques. Que personne ne vienne tenter de relativiser ces paroles de Mme Barjot au nom de la " com " qui permettrait toutes les inepties. Vous pensez que les mots n'ont pas d'importance ? Ils en ont bien plus que vous ne vous l'imaginez. Les mots sont la physionomie extérieure des idées.

 

Le nombre n'est pas tout

 

Bien sûr, nous souhaitons tous que nos manifestations rassemblent de nombreux participants. Mais méfions-nous de faire du nombre un objectif essentiel et un critère prépondérant au prix de tous les sacrifices.

C'est la vérité du message porté par les manifestants qui est essentielle.

Si un défenseur de la Famille et du mariage, sous prétexte d'être efficace et de faire nombre, commence par mutiler la vérité ou l'atténuer à sa fantaisie, il ne défend plus la vérité. Il peut bien être de bonne foi mais à force d'accommoder le message à ses vues étroites et à son faible courage pour le rendre, imagine-t-il, plus acceptable à l'adversaire, il ne défend plus la vérité mais une illusion.

 

Personne ne demande que le 13 janvier soit exclusivement réservé aux catholiques

 

Que nul ne se méprenne sur les raisons de ce communiquéJ

Je l'ai déjà dit et écrit souvent : il n'est pas besoin d'être catholique, chrétien, croyant, pour comprendre la nocivité de ce projet de loi. Et il faut se réjouir que des Français de tous milieux viennent jusque dans la rue crier leur indignation devant un projet gouvernemental qui souhaite défigurer l'institution du mariage et ouvrir la voie à la marchandisation de l'enfant.

Mais si personne n'imagine demander que cette manifestation soit réservée aux seuls catholiques, il serait plus absurde encore de tomber dans l'excès inverse et d'exiger d'eux de manifester dans un anonymat honteux. Ce serait absurde parce qu'aucun journaliste, malgré tous les efforts " déjantés " de Mme Barjot, n'est dupe : tous constatent bien que les catholiques constituent le gros des bataillons des manifestants contre ce projet de loi. Ce serait aussi absurde parce que, de la même façon que personne n'imaginerait arracher ni la kippa que porterait un manifestant juif sur la tête ni le voile que porterait une manifestante musulmane, il est impensable, inacceptable, inadmissible que le trio qui prétend cornaquer cette manifestation se permette de déclarer que la personne qui aurait son chapelet à la main, " ce sera gentiment : dehors ! ".

 

Les catholiques ne sont pas des citoyens de seconde zone

 

Par ailleurs, je dois dire mon exaspération d'entendre des catholiques déboussolés succomber aux recommandations tactiques douteuses de ceux qui sont avant tout très gênés à l'idée d'un réveil catholique. Comme si le message serait affaibli parce que porté en grande partie par un sursaut des catholiques. Qu'est-ce donc que ce raisonnement qui fait fi de toute espérance chrétienne alors qu'il est dit : " Par ce signe, tu vaincras ".

Quoi, les parlementaires et les maires nous écouteraient moins parce que la foule serait identifiée comme catholique pour une très large proportion ? Mensonge entretenu par ceux qui ne veulent surtout pas d'un réveil catholique. Qu'au contraire les catholiques s'affichent avec détermination, qu'il apparaisse un réveil catholique particulièrement perceptible chez la jeunesse, et le monde politique toujours volatile ne manquera pas d'estimer qu'il faut tenir compte de cet électorat redevenu militant.

Recommander aux catholiques de faire profil bas et de participer à la manifestation du 13 janvier comme s'il s'agissait d'un bal masqué, c'est se rendre complice des intégristes de la laïcité qui sont par ailleurs les rédacteurs du texte de loi que l'on prétend combattre. Réclamer la non-intervention de la religion dans le débat politique, c'est contribuer au développement d'un véritable athéisme social.Celui qui nie l'autorité de Dieu sur la société et sur les individus ne peut se prétendre catholique. On ne peut se dire catholique lorsqu'on pénètre dans une église et être simple citoyen républicain et a-confessionnel le reste du temps. On ne peut reconnaître au pied du tabernacle l'obligation de se soumettre à la volonté de Dieu, et s'y soustraire lorsqu'on est dans la vie publique. On ne peut être catholique durant la messe du dimanche matin et cacher sa foi durant la manifestation d'un dimanche après-midi !

 

Oui, nous manifesterons ce 13 janvier

 

A tous les catholiques, mais aussi à tous les Français de bon sens épris d’un discours porteur de vérité et sans concession pour le mensonge, je fixe solennellement rendez-vous le dimanche 13 janvier à partir de 13h place Pinel (métro Nationale) dans le XIIIème arrondissement.

La rue appartient à tout le monde et nous n’avons pas besoin de l’assentiment d’un comité « gay friendly » pour manifester ! Dès à présent, préparons les transports groupés pour faciliter la participation du plus grand nombre.

 

Comme le 18 novembre dernier, CIVITAS organisera l’encadrement logistique de ce rassemblement et y accueillera sans aucun esprit de chapelle tous ceux qui veulent le retrait de ce projet de loi. Banderoles, bannières, drapeaux et pancartes y seront les bienvenus (pour autant que les textes se rapportent directement à l’objet de la manifestation et respectent la législation française). Chacun y viendra coiffé et habillé comme il le veut. Les catholiques n’y auront pas honte de leur foi, sans que cela soit signe d’exclusion pour les autres.

 

Alain Escada,

Président de CIVITAS

Les commentaires sont fermés.